PARTAGER

Choisir son ambiance
Et ce qui est bien, c'est que chacun peut choisir la sienne. Nous, si on veut un peu de pénombre, de la musique, des draps de soie et quinze sextoys (et quelques cacahuètes à grignoter), on peut. On met tout en œuvre pour se sentir le mieux possible, dans un décor qui nous ressemble et correspond à notre humeur, avec les accessoires qui nous chantent. On peut aussi cacher son visage si on n'ose pas davantage au départ.

S'échauffer hors caméra
Pas facile d'ouvrir Skype et de se lancer de but en blanc dans des préliminaires virtuels (coucou, regarde mes seins). Pour oser et se lâcher, il vaut mieux être excitée hors caméra. Autrement dit, on échange quelques mots coquins, on se fait savoir qu'on a très envie l'un de l'autre, on projette quelques gestes et cochonneries, et quand le désir est trop fort et que chacun devient fou, on allume. Et on est déjà à moitié nue, parce que tout ça, ça nous a donné chaud.

Puis oublier la caméra
D'autres l'ont fait avant nous en s'éclatant dans une piscine. Trêve de plaisanterie : on oublie rapidement la caméra une fois qu'on nage en plein plaisir. Mais pour nager en plein plaisir, il faut également être certain d'oublier la caméra. Pour en faire abstraction, on fixe son écran, son homme, son torse, ses gestes, sa bouche et tout le reste. C'est le meilleur moyen de s'abandonner : partir contre l'autre pour ne plus penser qu'on est filmée. Sinon, on est prise d'une gêne.

Apprivoiser son corps
Être à l'aise avec son corps est  un point essentiel ! Connaître ses recoins, ses zones de plaisir, ses meilleurs volcans… voilà qu'on est suffisamment à l'aise pour se toucher devant notre homme. On sait comment faire monter l'excitation, la nôtre et celle d'Henri. On entre alors dans le partage et de fil en aiguille, notre main devient la sienne. De plus, s'être déjà masturbée permet de trouver cela très naturel une fois devant son ordinateur, et on évite ainsi de se regarder faire en pensant soudainement "euh, mais qu'est-ce que je fous, je suis ridicule".

 

Voir aussi :

 


Journal des femmes

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here