PARTAGER

Ennemi n°1 : l'obsession
Je pense à l'orgasme en espérant le trouver, si bien que j'en oublie le moment présent et le plaisir qui pourra m'y mener. C'est dommage, parce que sur chemin, il se produit mille et une choses. Pourquoi passer à côté de toutes ces sensations, simplement parce que j'ai un objectif en tête, alors que ce sont bien ces sensations qui vont me permette de l'atteindre ? Alors je m'abandonne au maintenant, je coupe mon cerveau, je savoure et qui sait... sur qui je vais tomber.

Ennemi n°2 : ne penser qu'à l'autre
Bien sûr, je veux que mon partenaire prenne son pied. Mais si je ne me concentre que sur son plaisir, ce qu'il pense (de mes fesses et de mes baisers), ce que je dois faire ou donner, j'oublie ce que je ressens moi. Or, mes sensations à moi sont importantes pour jouir. J'ai besoin de chacune d'elle pour grimper la montagne. Donc, je m'écoute. Et c'est d'ailleurs comme ça que je serais disponible à l'autre, que je l'écouterais et lui donnerais davantage. 

Ennemi n°3 : les impôts (et autres tracas)
C'est vrai, je vais devoir déclarer mes impôts et trier mille papiers en boule. Je dois aussi organiser les vacances et laver tous les poils qui traînent dans la salle-de-bains. Ma liste de tâches est grande comme mon bras et je la ressasse comme pour lui être fidèle et m'assurer de ne rien zapper. Du coup, même au lit, je compte et je rabâche, je prépare et j'organise. Pourquoi faire ? Je ne vais pas déclarer mes impôts en missionnaire. Alors je peux bien m'accorder un peu de répit. En me promettant, si ça me rassure, de repenser à tout ça une fois mon rapport sexuel terminé. J'évite aussi de penser à notre dernière dispute d'amoureux et à mon patron qui me tape sur les nerfs.

Ennemi n°4 : nos téléphones
On est bien, l'un contre l'autre, on oublie tout, on se respire, on plonge. Mais voilà que j'ai une alerte Snapchat et lui une alerte BFM. C'est vrai que c'est important, ma sœur avec un nez de cochon et la cote de François Hollande. Sauf que ça peut attendre et que même si on murmure un "merde, mon téléphone" en reprenant nos affaires, nos cerveaux se dispersent un instant. C'est dommage, à quelques secondes de l'orgasme. Pour connaître un grand feu d'artifice, il vaut mieux rester connectée à ses sensations, sans relâche, qu'à son téléphone portable. Aussi, dans la même veine que le téléphone portable, il y a tout ce qui peut vous déranger pendant votre moment : la belle-mère ou le livreur du lave-vaisselle (il n'y a que dans les pornos que le livreur nous rejoint au lit).

Ennemi n°5 : ne pas être à l'aise avec votre contraception
Si vous avez oublié votre pilule, si vous ne la prenez plus, si cette capote vous semble d'un temps ancien et ne vous met pas en confiance... Le plaisir et l'orgasme seront plus difficiles à atteindre. D'abord, jetez cette vieille capote et allez vers des préservatifs normés CE. Et puis, soyez au clair avec votre contraception : il faut que vous vous sentiez bien et à jour. Car la peur de faire une bêtise, de prendre un risque, coupe toute envie de se détendre et n'aide pas à se laisser aller. C'est connu : plus on est à l'aise avec son contraceptif, mieux on s'épanouit au lit.

Ennemi n°6 : l'apnée
On ne fait pas souvent l'amour sous l'eau ou complètement enrhumée, mais on se retrouve parfois à suffoquer de plaisir, haleter, mal respirer. En soi, rien de grave, le plaisir est connu pour couper le souffle et pourquoi pas. Mais le plaisir sera d'autant plus fort et l'orgasme plus dingue si je fais des respirations très profondes, car le corps se détend et s'ouvre. Une, deux, je respire en grand et c'est plus magique.

 

 


Journal des femmes

8 COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here