PARTAGER

L’appellation Bogolan vient de la langue Bambara qui signifie « fait avec la terre », langue  bogo (terre) et lan (issu de) et désignant une étoffe d’une technique de teinture très particulière.

Le bogolan, c’est une toile de coton filé main, aux motifs graphiques et géométriques, dans les tons de jaune et de noir, avec parfois des touches de rouge, de brun et de blanc. Ce savoir-faire traditionnel vieux de plusieurs centaines d’années, trouve ses racines au Mali. Il s’est ensuite étendu à toute l’Afrique de l’Ouest. Le bogolan est une technique artisanale qui puise tous ses ingrédients localement dans la nature : eau, terre, soleil, pigments naturels, et qui se réalise en plusieurs étapes simples.

Les grandes industries textiles s’en sont appropriées la technique.

Il en existe désormais de toutes les teintes, de tous les graphiques, alliant tradition à la modernité. Tel un tissu, ce pagne peut être porté de plusieurs manières selon le gout et l’appréciation de chacun :

- Un ensemble tailleur : peut être composé de jupe et veston ou d’un pantalon ajusté avec un veston.

- Une robe : il existe plusieurs types de robe, des bustiers, des trapèzes, des mini, de volantes…

- Un boubou : une sorte de tunique qui laisse une mobilité aisée.

Ou le bogolan peut être porté tout simplement comme un accessoire qu’on va porter à la taille.

 

Yolande Jakin

 


Femme Afrique

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here