PARTAGER

Quand la fatigue s'accompagne d'apathie, elle relève plutôt d'une forme de déprime, plus ou moins larvée. Il suffit parfois de peu pour retrouver toute sa vitalité.

 

Il y quelques années, un livre du sociologue Alain Ehrenberg parlait de "La fatigue d'être soi". Si traverser un conflit familial, un deuil, ou une période de solitude explique aisément que l'on ne se sente pas au summum de ses capacités, lassitude et démotivation peuvent aussi s'installer insidieusement. Il suffit souvent d'en prendre conscience pour cesser de subir et réagir de façon plus constructive.

Se faire plaisir mais aussi s'ouvrir aux autres

Le plus efficace : agir dans deux directions à la fois, en prenant le temps de se faire plaisir et en cultivant ses relations. Augmenter la part des moments agréables dans sa vie génère de l'énergie. Aussi conseille-t-on de commencer par faire "un diagnostic énergétique" : que fait-on par plaisir, par nécessité, par obligation, par évitement ? Puis de supprimer ce qui relève du dernier cas, de réduire les devoirs et d'augmenter, ne serait-ce qu'un peu, ce qui nous réjouit.

Deuxième axe : quand on est fatiguée, on a tendance à se replier sur soi et à s'isoler socialement. Or il est démontré que la solitude est aussi dangereuse pour notre santé que le tabac, l'obésité et la sédentarité. Il ne s'agit pas de faire la fête tous les soirs, mais simplement d'ouvrir son carnet d'adresses et de se forcer un peu pour cesser d'hiberner.

Se pousser à faire un peu plus d'exercice

C'est le plus difficile, surtout quand on se traîne, mais bouger davantage est le meilleur moyen de remettre un peu de super dans le moteur. "L''exercice a un effet que n'apporte pas le simple repos, souligne le Dr Jean-Pierre Danjean, médecin généraliste : il fait sécréter des endorphines, ces hormones anti-fatigue naturelles qui augmentent l'envie et améliorent l'humeur sur le long terme."

C'est pourquoi le sport est un remède à part entière pour lutter contre la dépression. Dans le cerveau, les neurones communiquent entre eux par l'intermédiaire de molécules chimiques appelées neurotransmetteurs. Chez le déprimé, certains diminuent, notamment la sérotonine. Or, tout comme les antidépresseurs, l'activité physique augmente aussi la sérotonine dans le cerveau. Et ceci pour un coût bien moindre et sans effets secondaires !

Profiter de la lumière du jour

Chez certaines personnes, les longues et sombres journées d'hiver suffisent à faire diminuer les niveaux de sérotonine, ce qui explique en partie la baisse de régime ressentie en cette saison. La solution est à portée de leurs mains, même s'il faut un peu de motivation pour mettre le nez dehors. Ne négligez pas toutes les possibilités de vous exposer à la clarté.

Il y a des solutions simples, comme travailler plus près de la fenêtre, s'efforcer de sortir à la pause déjeuner, et des moins faciles, comme essayer de prendre quelques jours de vacances au soleil. L'essentiel est de garder à l'esprit l'importance de s'exposer à la lumière du jour...

Miser sur les aliments fermentés

Dans un article paru dans Journal of Physiological Anthropology début 2014, des chercheurs américains insistent sur les bénéfices des aliments fermentés pour limiter déprime et anxiété. Ce mode de préparation améliore l'assimilation des molécules qui contrôlent l'humeur (vitamines B, magnésium, zinc) et en produit d'autres qui influencent le système nerveux central. Cette famille d'aliments comprend des boissons alcoolisées (vin, bière), le vinaigre, le thé, les fromages, yaourts et laits fermentés, le soja, le pain et la choucroute.

Quelles vitamines prendre ? "Quand la fatigue est avant tout d'origine psychique, le Dr Jean-Loup Dervaux, généraliste, conseille en outre de forcer sur les vitamines B1 et B 6 , présentes dans de nombreux compléments alimentaires."

 

Source : topsante.com

 


Femme Afrique

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE