PARTAGER

« Afflé », « saba » ou « baya » est un collier de perle que les femmes Africaines portent autour de leur taille. Au départ il était porté pour ses vertus de protection et de guérison, aujourd'hui le baya est devenu un véritable objet sexuel, comme nous le constatons.

Le ‘’Baya’’, tout comme ‘’L’afflé’’, est fait dans diverses matières premières telles la porcelaine, le caoutchouc, les excréments d’une espèce rare de papillon, la roche, le bois, le tchetchewé, la terre de Niger ou encore les graines de certaines plantes.

Les différents types de ‘’Baya’’ et leurs secrets

« Ah! Chez nous au Sénégal, il existe plusieurs types de baya, du petit au gros avec différentes appellations. Vous voyez celui-là par exemple (me montrant un collier), il est fait de petits colliers, c’est le ‘’Djadjal’’. Il se porte aux reins. Celui-ci, c’est le ‘’feri’’. Il est essentiellement constitué de grosses perles. Avec ces perles, de par leurs bruits les hommes n’en restent pas indifférents » explique mon interlocuteur, Mme Sarr.

« Attend ma chérie, j’ai oublié une catégorie de perles, « m’interpelle-t-elle.

« Regarde à coté des « djadjal », ceux qui sont là, ce sont les ‘’Ferl Nanan’’  ce sont des perles de tailles moyennes. Quant à celui la, c’est le ‘’Pêmê’’, qui se reconnait par son aspect scintillant. Il est communément appelé ‘’Baya lumineux’’ et sert à éclairer la chambre conjugale » affirme-t-elle en riant.

Associés un produit appelé le ‘’Môrômôrô’’ qui les parfume, ces colliers prennent des allures érotiques. Le mari qui voit, touche ces colliers à la taille de sa femme est comme ensorcelé. Car son désir pour sa femme est décuplé, selon les explications de Mme Sarr.

« Le ‘’Môrômôrô’’ sert non seulement à parfumer le lit conjugal, mais enivre également le conjoint jusqu’à le transporter au 7 ème ciel », renchérit-elle.

Chez nous on dit du baya qu’il a plusieurs vertus: il affine la taille, offre à la jeune fille un très beau tour de hanche mais que le baya est surtout un merveilleux garde-mari. « Oui, tu as bien entendu ma chérie! Tu veux garder ton mari pour toi seule, essaie ces secrets. Il te mangera dans la paume ton homme », me dit-elle avec conviction.

Selon Madame Sarr, qui d’ailleurs vend de ces secrets, à Treichville, les femmes mariées qui s’en dotent, hypnotiseraient leurs hommes lors de l’acte intime et ceux-ci ne sauraient aller voir ailleurs n’ayant d’yeux que pour leurs très chères.

Envoutement et beauté?

A cette question, un peu hésitante, Mme Sarr finit par lâcher: « je ne pense pas que ça soit un envoutement. Chaque femme met toutes les chances de son coté pour conserver son homme. C’est juste une technique de femme africaine. C’est tout. Le tintement de ces perles à la hanche de celle qui les porte, ne fait que réveiller l’appétit sexuel de son conjoint. Alors qu’y a-t-il de mal à ça? »

Conseils

Pour Mme Sarr, il est inadmissible qu’une femme ne porte pas ces joyaux qu’elle qualifie de « secrets de femme ».

- Portez le baya, mais de façon discrète, car seul votre époux en a la primeur.

- Ne le retirez pas de vos hanches, surtout lorsque vous vous mettez au lit avec votre homme, il en est « excité ».

- Osez les parfumer, vous en découvrirez un autre effet…

 

Yolande Jakin

Coll : Mme Sarr, vendeuse de « bayas »

 

 

 

 

 

 


Femme Afrique

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE