PARTAGER

Nous sommes à Treichville, Rue 17 avenue 14. Il est 10 heures, lorsque, Mlle Zon Korotoum, assistante dans cet atelier de couture nous reçoit. Pour eux, leur tissu de prédilection, c’est le basin; peu importe la qualité, qu’il soit riche ou moins riche.

Le bazin est un tissu africain, damassé (tisser de façon à former des dessins imitant le damas), très recherché à cause de sa qualité. Il en existe de toutes les couleurs avec des motifs très agréables. Il est porté aussi bien par les femmes que les hommes. Mais attention, comme en toutes choses, il y a le faux et le vrai. Donc deux types de bazin, le riche et le moins riche. Grace aux conseils avisés de notre spécialiste, nous saurons désormais faire la différence entre les deux.

« Pour reconnaitre un bazin riche, il faut d’abord être dans le métier. Il arrive parfois que des dames viennent ici avec des bazins que le vendeur leur a dit être riche, alors que ce n’est pas le cas. Sur chaque basin, il y a le nom. En plus de cela, il y a des étoiles. Pour le basin riche il y a 6 étoiles. Lorsque ça dépasse 6, alors ce n’est plus du riche. Vous avez maintenant affaire au basin moins riche. »

Pour ceux qui savent lire, voici quelques noms de basin riche pour vous aider à ne plus vous tromper : « Ganhila, semega, super authentic, super atlantic, djeznè et royal».

Pour Mlle Zon, le meilleur est le basin riche. « On conseille le plus souvent le riche parce qu’il est plus durable, peut être conservé à long thème et il garde sa brillance. Il ne ternit pas. Par contre, le moins riche, quand il est teint, là la vue, on a l’impression que c’est un vieux basin. Au touché, il n’y a aucune différence, raison pour laquelle j’insiste sur le fait qu’il faut être dans le milieu pour le reconnaitre.  Une fois teint, le bazin riche devient difficile à différencier du moins riche car les etoiles, ne seront plus visibles. Dans ce cas, il faut tenir compte de la largeur. Le moins riche a une largeur plus petite que celle du riche. Le bazin riche a une largeur égale à 160 alors que le moins riche varie entre 120 à 140. A défaut de mesurer, tenez compte de la brillance, c’est un élément important. »

Quant à l’entretien des deux types de basin, cela se fait de la même manière; on les lave, amidonne et enfin on fait taper (c’est le repassage traditionnel) pour que ça dure plus longtemps. Une chose important encore, avant le basin était fait avec du 100% coton. Mais maintenant, on y ajoute du nylon, c’est d’ailleurs, ce qui permet la brillance.

 

Yolande Jakin

Coll : Mlle Zon Korotoum


Femme Afrique

2 COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE